FT-CI

Très bons résultats électoraux du FIT ã Buenos Aires et ã Neuquén

L’extrême gauche trotskyste s’affirme comme une force électorale en Argentine

22/04/2015

L’extrême gauche trotskyste s’affirme comme une force électorale en Argentine

Ce dimanche 26 avril, des élections se sont tenues ã Buenos Aires et dans la province de Neuquén. Dans le premier cas il s’agissait des « primaires obligatoires » [où pour avoir le droit ã se présenter aux élections générales les candidats doivent recueillir a minima 1,5% des votes exprimés] pour l’élection du maire et des membres du conseil municipal. A Buenos Aires les élections générales auront lieu le 5 juillet. Dans le cas de Neuquén, où la loi sur les primaires obligatoires ne s’applique pas, il s’agissait d’élire le gouverneur et les députés provinciaux. Une nouvelle fois, le FIT [Front de l’extrême Gauche et des Travailleurs] a obtenu de très bons résultats.

Le FIT : l’extrême gauche ã Buenos Aires

A Buenos Aires, c’est la formation de droite PRO du maire sortant, Mauricio Macri, qui est arrivée en tête, suivie du front ECO (Energie Citoyenne Organisée), tandis que le candidat du Frente Para la Victoria, le parti de la présidente Christina Kirchner, n’arrive qu’en troisième position.

Malgré une démultiplication de candidatures de l’extrême gauche dans ces primaires obligatoires, le FIT devient la quatrième force politique, et la première de l’extrême gauche, avec 41 250 voix (2,3%) pour la candidate-maire Myriam Bregman (PTS) et 46 350 voix (2,6%) pour la liste de candidats au conseil municipal (en Argentine, il s’agit de deux scrutins distincts), à la tête de laquelle se trouvait Marcelo Ramal (Parti Ouvrier, PO).

Ces résultats sont obtenus dans un contexte où le kirchnerisme présentait sept listes avec un profil politique de centre-gauche, où il n’y a pas eu d’espaces gratuits de propagande politique et où il fallait faire face ã des candidats soutenus par des appareils utilisant d’énormes ressources privées et étatiques.

Myriam Bregman, dirigeante du PTS et avocate reconnue pour la lutte pour les Droits de l’Homme, est devenue l’une des figures de l’extrême gauche lors de ces primaires. Aux élections de juillet, son unique concurrent d’extrême gauche sera Luis Zamora, figure traditionnelle ã Buenos Aires, mais qui ne représente aucune base militante. Quant à l’élection du conseil municipal, le FIT aura 2 concurrents à l’extrême gauche : le candidat de Zamora, et Itaí Hagman pour la liste de Camino Popular.

Ces résultats marquent une avancée significative pour le FIT : par rapport aux dernières élections locales ã Buenos Aires en 2011, celui-ci a remporté trois fois plus de voix pour le poste de maire (14 000 voix, soit 0,78% en 2011) et deux fois plus pour les candidats au conseil municipal (18000 voix à l’époque, soit un peu plus de 1%). Et ces résultats pourraient être plus importants encore aux élections de juillet.

Neuquén : une très bonne élection et un député de plus pour les travailleurs !

Dans la province de Neuquén, c’est le traditionnel MPN (Mouvement Populaire de Neuquén) qui s’est imposé avec plus de 37% des voix. Le FPV de Kirchner arrive en deuxième place avec 28%.

La candidate du FIT au poste de gouverneur, Gabriela Suppicich (PO), a réalisé un très bon score électoral avec 12000 voix, soit 3,4% (contre 7500 voix en 2011). La liste de candidats au parlement provincial conduite par Raul Godoy, ouvrier de l’usine sous contrôle ouvrier Zanon/FaSinPat et dirigeant du PTS, a obtenu plus de 16000 voix (4,7%), une progression de 35% par rapport ã 2011 où la liste du FIT avait obtenu 10400 voix. Cette différence significative en faveur de la liste conduite par Godoy est une démonstration du symbole qu’incarne la lutte de Zanon pour la population, et une reconnaissance envers Godoy en tant qu’une de ses figures dirigeantes.

Avec ces résultats, la liste conduite par Godoy réussit non seulement ã conserver le siège de député conquis en 2011 mais ã en conquérir un second. Celui-ci sera occupé par Patricia Jure du PO.

La consolidation nationale du FIT

Si l’on considère l’ensemble des élections qui ont eu lieu depuis le début de l’année dans les provinces de Salta, Mendoza, Neuquén et Buenos Aires, on constate une augmentation des voix par rapport ã 2011 et la confirmation de la consolidation du FIT qui a commencé en 2013.

En outre, dans les grandes provinces soumises aux primaires, il est probable que le nombre de voix augmente lors des élections générales, et que le FIT puisse élargir sa représentation législative.

Le 3 mai prochain, Nicolas del Caño (PTS) sera candidat à la mairie de Mendoza, où lors des primaires obligatoires il avait obtenu 14% des voix. Ce scrutin pourrait réserver de nouvelles surprises pour le FIT.

27/04/15

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)