FT-CI

LEMONDE.FR - 19/01/2011

L’exécutif tunisien toujours critiqué dans la rue, le couvre-feu allégé

19/01/2011

Plus de mille Tunisiens manifestaient ã nouveau mercredi 19 janvier, dans le centre de Tunis, afin de protester contre le gouvernement de transition mis en place lundi, dans lequel figurent d’anciens ministres du régime du président en fuite Ben Ali.

"Nous voulons un nouveau Parlement, une nouvelle Constitution et une nouvelle République", scandaient les manifestants, encerclés par un dispositif important des forces de l’ordre. "Nous nous sommes débarrassés du dictateur, mais pas de la dictature."*

D’autres manifestations se sont déroulées ã Sidi Bouzid, Regueb, Ben Guedane, Kasserine et d’autres régions du pays qui ont été à la pointe de la révolte populaire.

Le gouvernement a décidé d’alléger le couvre-feu de deux heures, en raison d’une "amélioration de la sécurité", alors que Tunis a renoué avec les embouteillages et que de nombreux habitants repartaient au travail mercredi. Il s’appliquera désormais de 20 heures ã 5 heures. En revanche, les autres mesures de l’état d’urgence sont maintenues : interdiction de rassemblement sur la voie publique de plus de trois personnes et autorisation donnée aux forces de l’ordre de tirer sur les personnes prenant la fuite lors de contrôles.

En marge de ces manifestations, des discussions étaient prévues dans la journée pour savoir sous quelles conditions les quatre ministres qui se sont retirés mardi du gouvernement de Mohammed Ghannouchi sont prêts ou non à le réintégrer.

Trois représentants de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) avaient présenté leur démission mardi en milieu de journée. L’opposant Mustafa Ben Jaafar, du Forum démocratique pour le travail et les libertés, nommé à la santé, avait suivi le mouvement peu après.

Réagissant ã ces départs, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), avait indiqué avoir radié de ses rangs Ben Ali et six de ses collaborateurs. Le président par intérim, Foued Mebazaa, et le premier ministre renonçaient également à leurs fonctions au sein du RCD quelques heures plus tard.

Mustafa Ben Jaafar a laissé entendre que ce geste du RCD pourrait le conduire ã réintégrer le gouvernement, mais l’UGTT a fait savoir que cela ne changerait pas sa décision.

PREMIÈRE RÉUNION REPORTÉE

Le gouvernement devait se réunir une première fois, mercredi, mais face à la grave crise qu’il traverse, Nejib Chebbi, le ministre du développement rural, a finalement précisé que la réunion aurait lieu jeudi. Une porte-parole du premier ministre interrogée par l’AFP a toutefois indiqué que la date n’était pas encore certaine.

"Le point le plus important qui sera abordé", selon une autre source gouvernementale, sera "le projet d’amnistie générale". Sera également évoquée l’application du principe de la séparation de l’Etat avec le RCD.

Sarkozy appelle ã une transition pacifique

Nicolas Sarkozy a lancé mercredi un appel ã une transition pacifique en Tunisie, cinq jours après le départ du président Ben Ali. Selon le porte-parole du gouvernement, le chef de l’Etat a déclaré en conseil des ministres que la France et les Français étaient "profondément heureux" de voir la liberté et la démocratie s’établir dans ce "pays ami".

"Notre souhait le plus cher est que cette évolution se fasse sans drame supplémentaire et que les Tunisiens, après avoir mis fin avec courage et dignité ã un régime qu’ils rejetaient, trouvent le chemin d’une transition pacifique et exemplaire afin qu’une démocratie solide et durable s’instaure en Tunisie", a ajouté le président français, cité par François Baroin.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)