FT-CI

Israël mène une nouvelle campagne de « punition collective » en Palestine

09/07/2014

Israël mène une nouvelle campagne de « punition collective » en Palestine

Por Vito Chimin

Le 12 juin 2014, trois étudiants israéliens se firent enlever alors qu’ils faisaient de l’auto-stop, ils venaient ã Gush Etzion, au nord d’Hébron en Cisjordanie. Il s’agit d’un groupe de 22 colonies israéliennes au sud de Jérusalem. Le Hamas a salué cet enlèvement mais sans le revendiquer contrairement ã d’autres groupes islamistes. Par ailleurs, le gouvernement palestinien a participé aux recherches des victimes de l’enlèvement aux côtés de l’Etat israélien. Toutefois, le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a décidé de s’en prendre directement à l’Etat palestinien qu’il juge responsable de l’enlèvement car il serait contrôlé par le Hamas, alors que les deux suspects de l’enlèvement arrêtés ne faisaient pas partie du Hamas et appartiennent même ã un clan généralement hostile ã celui-ci. Finalement, le gouvernement israélien, comme ã son habitude, préféra mener une politique de « punition collective » et rendre tous les palestiniens responsables de cet enlèvement, et ainsi mener une véritable intervention armée contre les populations.

La guerre en représailles

En réaction, le gouvernement israélien n’a rien trouvé de mieux qu’une intervention armée, sous le prétexte de la « responsabilité collective ». Plus de 400 arrestations ont eu lieu, dont des représentants religieux (imams) mais aussi des enseignants, ainsi que 2200 perquisitions et des démolitions d’habitations. 5 palestiniens furent tués durant ces opérations, dont 3 enfants. Et les réactions furent d’autant plus importantes après que les corps des trois étudiants furent retrouvés le 30 juin. "Le Hamas est responsable et le Hamas paiera", a déclaré le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, menaçant les palestiniens de lourdes représailles. Les gouvernements impérialistes de France et les Etats-Unis donnent leur feu vert ã cette attitude en condamnant le meurtre des trois étudiants mais en gardant le silence concernant les méthodes brutales employées pour les retrouver. Le Hamas accuse le gouvernement israélien d’avoir un prétexte d’intervention et d’attaque sur la bande de Gaza, le tout en usant d’une légitimité accordée par la communauté internationale. Ainsi, de nombreux raids aériens ont eu lieu sur la bande de Gaza (contrôlé par le Hamas), 34 frappes ont eu lieu dans la nuit du 30 juin au 1er juillet suite à l’annonce de la mort des trois adolescents, mais sous le prétexte des roquettes tirées depuis la bande de Gaza en juin. La cible du gouvernement israélien est donc toute la population palestinienne, jugée seule responsable du meurtre des trois étudiants. Clairement, Israël souhaite réduire le peuple palestinien, et continuer impunément sa politique d’oppression en Palestine. Le tout relayé par une campagne de communication haineuse et raciste...

La campagne de communication ultraréactionnaire

Depuis l’enlèvement des trois jeunes israéliens le 12 juin, Israël mène une campagne d’accusation, imputant au peuple palestinien, la responsabilité du rapt, sous le prétexte que le gouvernement palestinien dirigé par le Hamas, est hostile à l’Etat d’Israël. En mettant en avant une prétendue « responsabilité collective » du peuple palestinien, le gouvernement israélien a entraîné de graves conséquences sur l’opinion de la population israélienne. Ainsi, le 1er juillet ã Jérusalem, des centaines de manifestants israéliens appelaient à la vengeance, à la mort des palestiniens. Le réseau social Facebook ã été également un vecteur de cette incitation haineuse et raciste à la vengeance suivie par des milliers de personnes. De plus, on pouvait voir sur des photographies des militaires ou des policiers poser en armes ou même des civils diffusant des messages meurtriers tels que "Mort aux Arabes".

Ainsi, mardi 1er juillet au soir, un jeune palestinien a été kidnappé dans le quartier de Chouafat ã Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël. Il a été par la suite retrouvé mort, brûlé vif. Il s’agit probablement d’un acte de vengeance de la part d’israéliens poussés par la politique de haine instillée par le gouvernement de Benyamin Nétanyahou. Par ailleurs, la réaction du gouvernement israélien vis-à-vis du meurtre du jeune palestinien a été clairement différente de la réaction face au meurtre des trois étudiants. Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Yitzhak Aharonovich a même été jusqu’à demander aux palestiniens de "baisser d’un ton" face aux accusations des palestiniens à l’encontre des israéliens.

Halte à la politique criminelle de l’Etat terroriste d’Israël !

Ce que nous pouvons affirmer face ã ces événements au Proche-Orient, c’est que le gouvernement israélien continue ã déployer sa politique raciste et colonialiste à l’égard du peuple palestinien. Il a clairement profité de l’enlèvement de trois de ses colons pour légitimer ses interventions, ses perquisitions, ses bombardements, tout son arsenal oppresseur face au peuple palestinien.

Nous ne pouvons qu’exprimer notre solidarité avec le peuple palestinien. Nous sommes par ailleurs profondément convaincus que la seule issue réaliste pour établir des rapports de fraternité pérennes entre musulmans et juifs c’est l’abolition de l’Etat d’Israël et la construction sur ses ruines d’une Palestine ouvrière et socialiste dans le cadre de la lutte pour une Fédération d’Etats Socialistes du Moyen-Orient. Le rôle des révolutionnaires n’est pas simplement de soutenir la résistance de nos sœurs et frères palestiniens face à la brutalité de l’Etat sioniste mais d’affaiblir ses principaux partenaires, c’est-à-dire les pays impérialistes. La lutte contre « nos » impérialisme c’est la meilleure façon précisément de créer les meilleures conditions pour la libération des peuples du Moyen-Orient !

6/7/2014.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)