FT-CI

La gauche et le Front républicain

Face à la déferlante de l’union nationale-républicaine, l’affreux silence des organisations du mouvement ouvrier

10/01/2015

Face à la déferlante de l’union nationale-républicaine, l’affreux silence des organisations du mouvement ouvrier

Depuis la tuerie de mercredi 7 janvier, la déferlante politico-médiatique de « l’union nationale-républicaine contre la barbarie » n’a fait que marquer des points. Renforcée par les soutiens en nombre de chefs d’Etat étrangers, d’Obama ã Poutine en passant par les leaders européens, elle a permis d’enrégimenter méthodiquement, très rapidement, la vaste émotion populaire provoquée par ce séisme. Les deux prises d’otages du vendredi 9, ã Dammartin et dans un supermarché cacher de Porte de Vincennes, qui se sont soldées par la mort de sept personnes, dont les trois principaux suspects, apportent un peu plus d’eau au moulin républicain.

Hollande a pu saluer ce vendredi soir en prime time le professionnalisme et le courage de ses flics et marteler que l’unité contre tout ce qui pouvait diviser était la seule voie ã suivre. Il s’est même payé le grand luxe de refuser les « amalgames » racistes et de ne pas inviter Marine Le Pen à la marche de dimanche – après l’avoir reçue dans les fauteuils élyséens. La France ayant « fait face » et riposté à la hauteur de l’attaque, Hollande défilera en bonne compagnie, entouré de Cameron, Merkel, Rajoy, Renzi et du nouveau président de l’Europe, le Polonais Donald Tusk. L’heure est au recueillement, mais cette union sacrée à l’échelle internationale est un sombre présage de ce qu’on croyait réservé au monde de Bush : de vigipirate surrenforcé dans l’Hexagone, la civilisation faisant face à la barbarie, ã quand un « Patriot act » à l’européenne ?

Bien peu de notes dissonantes dans la grande symphonie de la république antiterroriste qui s’est orchestrée depuis trois jours. Du côté des directions des organisations politiques et syndicales du mouvement ouvrier, allant de la gauche réformiste à la gauche radicale, on est bien en peine pour trouver la moindre once de politique. Elles sont donc exactement à l’image de la marche prévue dimanche : silencieuses. Dans un premier moment, pourtant, dès la nouvelle de l’attentat contre le siège de Charlie Hebdo, la CGT et le SNJ appelait ã manifester. Depuis, plus rien. Ou plutôt si. Tous et toutes derrière le régime. Ce serait avec Hollande et Sarkozy que le mouvement ouvrier, ses organisations syndicales et politiques pourraient défendre les libertés démocratiques et donner un cadre d’expression à l’émotion suscitée par les attentats ?

Que « tout le monde trouve sa place et puisse manifester sa ferveur républicaine », a ainsi déclaré Mélenchon, qui se prépare ã une manif où il ira marcher derrière le parti où il a passé tant d’années, le PS. Le lendemain, lundi 12, il sera au Théâtre Dejazet, ã Paris, pour pérorer sur « la laïcité et la paix civile ». Le PCF ? « Que partout dans le pays s’exprime l’unité nationale de toutes les forces républicaines face à la barbarie ». Voilà l’abjection que l’on peut lire sur le site de Pierre Laurent. Côté CGT, l’hommage prononcé par un Lepaon en sursis est emblématique du même vide sidéral, ou plutôt de la même complicité. Du dialogue social à la concorde républicaine. Comme si l’indignation et le deuil, parfaitement légitimes, devaient interdire la moindre discordance.

Quelle vaste mascarade coupable, en réalité, que d’entretenir ainsi l’illusion qu’une défense des libertés démocratiques, la lutte contre le racisme, la xénophobie, l’obscurantisme réactionnaire, peut se faire sur le terrain, dans la rue comme dans les idées, de ceux-là mêmes qui les orchestrent méthodiquement, macronisant les travailleurs, chassant les Rroms, stigmatisant les jeunes et les immigrés au quotidien. L’absence du FN à la marche de dimanche arrange toutes ces bureaucraties, bonne conscience pour pas cher. Mais Marine Le Pen n’aura même pas besoin d’y être pour récolter la mise de cette épopée sécuritaire.

L’absence de toute riposte unitaire au plan national face au meurtre de Rémi Fraisse ã Sivens par la gendarmerie et à la criminalisation répressive des mouvements sociaux croissante depuis l’été dernier, avait été un symptôme inquiétant de la décomposition et de la perte profonde des réflexes de survie élémentaires des réformistes. Leur suivisme républicanophile d’aujourd’hui ne fait qu’en témoigner un peu plus. On entend bien ici ou là des plaintes, plus à la marge, sur la « récupération » national-républicaine de l’élan populaire, démocratique et antiraciste, par le gouvernement.

Mais pour prévenir cette instrumentalisation, il n’y a pas trente-six solutions : il eut fallu que cette gauche des partis et des syndicats qui continue ã représenter une fraction significative du monde du travail organisé et de la jeunesse, appelle partout ã des rassemblements alternatifs sur une base d’indépendance politique et de classe pour défendre les libertés démocratiques. Mais ça n’en prend pas le chemin : emblématique, le communiqué du 8 janvier de l’intersyndicale CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, FSU, UNSA et Solidaires est titré « Le monde du travail, ensemble, pour les libertés et la démocratie ». Mais on a beau chercher dans le communiqué, ce « monde du travail » en est le grand absent, tout comme « les libertés ». Les directions du mouvement ouvrier ont fait un autre choix, celui de se rallier ã un gouvernement qui porte atteinte à la démocratie, aux libertés de croyance religieuses individuelles de millions de musulmans, dans les écoles, dans les lieux publics, dans la presse, parle de « valeurs » face aux « barbares » pour exiger l’union. Mais la seule façon de lutter contre l’obscurantisme et les idées réactionnaires, c’est en combattant pour le renforcement de toutes les libertés démocratiques et sociales, pour que cesse la chasse aux immigrés, aux Rroms et aux musulmans. Ce sont en effet les politiques de Sarkozy, continuées par Hollande, qui sont à l’origine du climat puant des derniers jours. C’est ce qui permet ã Marine Le Pen de dire qu’il fait que « la parole se libère », manière d’appeler aux pogroms anti-musulmans alors que son père appelle ã voter FN.

Il est encore possible, à l’extrême gauche, de proposer une plateforme en direction de l’ensemble des forces du mouvement ouvrier et de la jeunesse, ã commencer par les équipes syndicales combatives qui sont en butte à la répression patronale et gouvernementale, pour dire haut et fort que défendre les libertés démocratiques, c’est avant tout dire non ã vigipirate, à l’ensemble des textes liberticides et aux lois scélérates contre les immigrés. Prévenir l’onde de choc réactionnaire qui ne manquera pas de s’orchestrer depuis l’Etat et dont les chiens haineux de l’extrême droite tireront profit pour multiplier les actes racistes et islamophobes si rien n’est fait, c’est défendre la possibilité de se rassembler, partout dans l’Hexagone, en toute indépendance politique du gouvernement et des forces de droite, en toute indépendance ce classe. Il en est encore temps. C’est urgent de le faire.

09/02/15

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)