FT-CI

Moyen-Orient

Elections législatives en Irak, expression de la "normalisation du pays" ?

11/03/2010

Les élections législatives qui se sont tenues en Irak le 7 mars sont les secondes depuis l’invasion étasunienne de mars 2003. L’impérialisme nord-américain suivra de prés les résultats dans la mesure où la nomination du prochain Premier ministre dépendra de la coalition de partis qui réussira ã réunir une majorité de voix au Parlement. Ce poste était occupé jusqu’à présent par Nouri Al-Maliki, l’ancien homme-lige des troupes d’occupation qui a perdu les faveurs de Washington en essayant d’opter pour une orientation plus indépendante et en se rapprochant du Président iranien Mahmood Ahmadinedjad. Le Bloc Irakien d’Iyad Allaoui compte pour sa part avec l’appui de Washington, à l’inverse de l’autre alliance politique chiite soutenue par le religieux Moqtada Al-Sadr, plus proche de Téhéran. Allaoui a collaboré étroitement avec George Bush au cours de la planification de la guerre et a été nommé Premier ministre à la suite de l’invasion, en 2004. C’est d’ailleurs sous son mandat que les troupes impérialistes ont écrasé le soulèvement de la résistance irakienne de Fallouja en 2004 et 2005.

Bien que les médias américains aient présenté les élections parlementaires comme un signe de « normalisation du pays », et ce en écho de la politique de Barack Obama qui prétend transformer en un succès l’échec de Bush en Irak, la réalité est tout autre. Après sept années d’occupation militaire, la situation irakienne continue a être extrêmement instable et elle pourrait l’être encore d’avantage ã mesure où les Etats-Unis retirent une partie de leurs troupes du pays pour les redéployer sur le théâtre afghan. Les élections ont été précédées d’une escalade de violences. Une triple attaque coordonnée contre des édifices gouvernementaux dans une des zones les mieux contrôlées du pays a précédé les élections, ainsi qu’une vague d’attentats de moindre envergure. Bien que les bureaux électoraux aient été gardés par des milliers de soldats irakiens appuyés par des hélicoptères américains, plusieurs dizaines d’attentats ont été lancés au cours du vote, faisant 38 morts.

On ne connaît pas encore les résultats définitifs des élections mais il semble d’ores et déjà manifeste qu’aucune des coalitions en lice ne pourra ã elle seule remporter la majorité des 365 sièges que compte le Parlement de manière ã nommer le Premier ministre. Le scénario le plus probable auquel on pourrait assister serait celui de longues négociations entre les différentes alliances qui pourraient durer un certain temps. Un tel scénario ouvrirait une période prolongée d’instabilité politique au cours de laquelle la lutte entre les principales factions religieuses et ethniques pour le contrôle des principaux ressorts de l’Etat pourrait revenir sur le devant de la scène. Cela signifierait une nouvelle vague de violences politiques telle qu’en a connu le pays après 2006 lors de la formation du gouvernement Al-Maliki. Cela pourrait rendre plus difficile le retrait des quelques 50.000 soldats américains –sur un contingent de 96.000 hommes- que compte opérer Obama ã partir d’août 2010.

Ce que les médias occidentaux essaient de faire passer pour une expression de la « démocratie » et de la « souveraineté irakienne » est en fait une lutte acharnée entre les fractions sunnites, chiites et kurdes pour élargir leur contrôle sur un appareil d’Etat largement dominé par les partis chiites et construit sous la tutelle de l’occupation nord-américaine. Ces dissensions ont fait que les élections qui devaient se tenir à l’origine en janvier 2010 ont dû être renvoyées ã mars en raison des désaccords existants par rapport à la répartition des postes au sein de l’administration. Ces querelles ont failli mettre ã mal le processus électoral lorsque plusieurs centaines de candidats ont été exclus des listes électorales, des sunnites pour la plupart, accusés d’avoir appartenu au Parti Baas de Saddam Hussein, proscrit depuis le début de l’occupation. Ces dissensions pourraient s’accentuer encore plus lorsqu’il s’agira de négocier la répartition des bénéfices énormes découlant du bradage du pétrole irakien aux multinationales impérialistes. Le cœur des discussions tourne autour de l’avenir de la province de Kirkouk, revendiquée par les Kurdes comme partie intégrante de la région semi-autonome qu’ils contrôlent dans le Nord-est de l’Irak, ce que pour l’instant refusent la majorité arabe de la population, les partis sunnites et le gouvernement central.

L’impérialisme étasunien espère néanmoins qu’un gouvernement lié à la Maison Blanche puisse se consolider de manière ã pouvoir considérer comme « close » la phase d’occupation militaire pour la fin du premier semestre 2011. Cela supposerait un désengagement militaire américain tout en maintenant bien entendu le stationnement de troupes dans les principales bases construites par Washington sur le territoire irakien, laissant la sécurité locale ã proprement dite aux forces irakiennes. Cet objectif semble lointain néanmoins. On ne peut en effet exclure qu’avec la proximité du retrait américain les disputes entre chiites, sunnites et kurdes relancent une dynamique de guerre civile. Les Etats-Unis doivent de plus faire face aux conséquences de l’échec stratégique de la politique de Bush consistant ã tenter d’encercler l’Iran de gouvernements pro-américains. Cette stratégie a eu pour effet collatéral de renforcer dans les faits le rôle de Téhéran dans la région ainsi que l’influence des partis chiites en Irak. Bien que sous l’administration Bush et maintenant sous celle d’Obama Washington ait eu pour politique d’intégrer les groupes sunnites à l’appareil d’Etat et d’acheter la grande majorité de leurs dirigeants, cela n’a pas été suffisant pour contrebalancer le poids de l’hégémonie indiscutée des chiites. Obama doit de plus faire face au dilemme selon lequel alors qu’il durcit le ton face ã Téhéran, menaçant de prendre une nouvelle série de sanctions économiques, relançant l’alliance stratégique avec l’Etat d’Israël qui fait pression pour des actions militaires contre les installations nucléaires iraniennes, il a besoin de la collaboration du régime des Ayatollahs pour maintenir la stabilité de l’Irak, ce qui rend cette orientation toujours plus insoutenable. Tant en raison de ses contradictions internes que par son poids régional, l’Irak continuera donc ã représenter dans le futur, par delà le résultat des élections, un foyer d’instabilité pour les plans impérialistes de domination au Moyen-Orient.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)