FT-CI

Pussy Riots

Deux ans de prison contre les chanteuses de punk rock russes anti-Poutine

21/08/2012

par Celeste Murillo

Le 21 février les trois rockeuses russes du groupe Pussy Riot, Nadeshda Tolokonnikova, Marina Alyojina, et Ekaterina Samuzevich, ont chanté dans la principale cathédrale de Moscou. Elles voulaient dénoncer le rôle de l’Eglise orthodoxe en Russie ainsi que la réélection de Vladimir Poutine à la tête du pays. De façon parfaitement pacifique, elles ont demandé, dans leur « cantique punk », à la Vierge Marie de protéger la Russie de Poutine. Le happening des Pussy Riot avait lieu juste après une réélection de Poutine entachée de fraudes massives dénoncées dans la rue dans les principales viles du pays, notamment ã Moscou, et plus particulièrement par la jeunesse. Parallèlement, le gouvernement n’hésitait pas ã tout faire pour faire taire les manifestations et mettre au pas les contestataires et les opposants au régime.

Les Pussy Riot voulaient, par leur action, dénoncer la collusion entre l’Eglise orthodoxe et le régime, notamment entre Poutine et le patriarche russe, Vladimir Mikhailovich Gundyayev, qui n’a pas hésité ã appeler le président un « don de Dieu ». Gundyayev a été l’objet de nombreuses critiques dernièrement, notamment lorsqu’il a été photographié avec une montre de 40.000 dollars, symptôme de son style de vie fastueux, en décalage complet avec ce que vivent au quotidien les Russes. Poutine, de son côté, s’est gagné les bonnes grâces de l’Eglise orthodoxe en lui rendant une grande partie de ses propriétés qui lui avaient enlevées à la suite de la révolution de 1917. Ce n’est pas un hasard donc si, Gundyayev a déclaré dernièrement ã des journalistes que l’Eglise et l’Etat en Russie poursuivaient les mêmes intérêts moraux !

Le 17 août, la justice russe a rendue publique la sentence à l’encontre des Pussy Riot, poursuivies pour leur action de février. Les trois jeunes femmes ont été condamnées ã deux ans de prison pour vandalisme et incitation à la haine religieuse pour avoir chanter à l’intérieur d’une Eglise et y avoir exécuté des « danses diaboliques ». Les juges ont également rajouté que les rockeuses auraient « blessé les sentiments des croyants russes ».

La condamnation ã deux ans de prison n’a strictement rien ã voir avec une soi-disant offense aux sentiments religieux des croyants ou ã un quelconque manque de respect à leur égard comme ont voulu le faire croire les juges et procureur tout au long du procès. Le jugement qui a été rendu après ce procès politique est en fait le un brutal rappel à l’ordre pour les opposants au régime Poutine ainsi qu’à ceux et celles qui voudraient remettre en cause le pouvoir de l’Eglise orthodoxe en Russie. C’est ce que cherchait ã démontrer le gouvernement en jugeant les trois jeunes femmes et en les faisant comparaitre dans un box spécial, menottes au poignet, comme s’il s’agissait de dangereux criminels.

Le rendu du tribunal cherche ã renforcer la légitimité du régime, qui a été remise en cause par de nombreuses manifestations au cours des derniers mois. Le jugement ne fait qu’approfondir un peu plus les attaques du régime contre les libertés démocratiques. En faisant front commun avec une institution complètement réactionnaire comme le patriarcat orthodoxe de Russie, le gouvernement essaye également de se renforcer face aux manifestations qui n’ont pas complètement cessé, en dépit de leur caractère intermittent et très hétérogène.

En dehors du tribunal des centaines de militants ont fait entendre leur indignation à la lecture de la sentence. La manifestation a d’ailleurs fini par plusieurs arrestations à l’encontre d’activistes et de personnalités qui s’étaient solidarisés avec les Pussy Riot. Dans les principales villes du monde entier, des rassemblements ont été organisés également, avec l’appui d’organisations de défense des droits de l’homme, de partis politiques ou de personnalités du monde de la musique, alors que le cas Pussy Riot faisait la « une » des journaux.

Le même jour de la sentence contre les chanteuse, la Cours suprême russe a fait connaitre son rejet de l’appel présenté par l’avocat de la communauté LGBTI russe contre une sentence d’un tribunal moscovite qui avait interdit la tenue de la gay pride dans la ville pour les cent prochaines années (sic.). La justice russe a ratifié la décision du tribunal de Moscou et valide de cette façon l’orientation d’un gouvernement qui veut restreindre le plus possible la liberté d’expression et de manifestation.

Alors bien entendu, les déclarations indignées de Barack Obama ou des principaux dirigeants européens ne sont qu’une nouvelle preuve de leur cynisme complet et de leur volonté d’instrumentaliser la question des Pussy Riot afin de faire pression contre la Russie, en faveur de leurs intérêts géopolitiques et économiques. Ce sont ces mêmes dirigeants « occidentaux » qui dans leur propre pays rognent dès qu’ils peuvent les libertés démocratiques, en appliquant les lois « antiterroristes » contre la population étasunienne dans le cas d’Obama ou en condamnant à la clandestinité et à la peur d’être expulsés des millions de travailleurs en Europe, qui vivent et qui travaillent ici, au nom du fait qu’ils n’ont pas de « papiers ».

Ce ne sont pas les déclarations d’Obama et de ses comparses qui feront reculer la justice russe et Poutine, ni même l’appel aux organisations internationales. C’est la mobilisation indépendante des organisations féministes, de la jeunesse et du monde du travail qui pourra obtenir réellement l’arrêt des poursuites contre les Pussy Riot.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)