FT-CI

Lepaon dehors (et les autres aussi) !

Dans la crise de la CGT, il nous faut intervenir activement

11/12/2014

Dans la crise de la CGT, il nous faut intervenir activement

Quand l’affaire a éclaté, les collègues étaient partagés entre l’étonnement et l’indignation. Avec l’enchaînement des révélations, la stupeur a fait place à la colère, à la fois au sein des équipes militantes mais aussi chez les salariés du rang : après la « rénovation » du logement de fonction de Lepaon, après le « rafraichissement » de son bureau, voilà maintenant « l’indemnité de départ » !

L’affaire qui secoue la centrale de Montreuil va bien au-delà  : c’est l’affaire de toute la CGT mais également de tout le syndicalisme. Elle met en lumière les pratiques des bureaucrates syndicaux et les fait apparaître pour ce qu’ils sont : une caste de privilégiés et une courroie de transmission des exigences du patronat et de la politique des gouvernements. Cette affaire, elle nous retombe également dessus, nous autres militants lutte de classe au sein de la CGT. En ce sens, pour que la crise nous soit profitable, il faut qu’on se donne les moyens d’y intervenir activement.

Cette crise est l’expression de luttes intra-bureaucratiques qui n’ont jamais cessé depuis le dernier congrès mais aussi le reflet de la crise que traverse de l’ensemble des médiations réformistes. Alors que certains ministres et amis de Gattaz cherchent ã « libérer les entreprises », le scandale tombe ã pic pour discréditer le syndicalisme. Mais pour les secteurs les plus lucides de la bourgeoisie, c’est une très mauvaise nouvelle. Soubie, l’ancien conseiller social de Sarkozy l’a redit : « personne n’a intérêt ã avoir une CGT affaiblie. Cela risque d’encourager des mouvements sociaux non contrôlés ».

C’est pour ces raisons que les militants lutte de classe au sein du monde syndical doivent donner de la voix. Mais si le NPA ne remplit pas ce rôle de catalyseur du ras-le-bol qui est sous-jacent, il y a fort ã parier que personne n’en prendra l’initiative à l’extrême gauche.

La question n’est pas d’exiger « dehors Lepaon ! », mais de débarquer l’ensemble de la caste qu’il représente, dans tous les organismes où ils servent d’interface avec le monde du travail. Cela implique également de défendre la perspective de la récupération de nos organisations syndicales pour les travailleurs, pour qu’elles soient au service de notre classe. Cela veut dire en finir avec la politique de « dialogue », dont la dernière expression en date est la fin négociée de 90.000 DP dans les PME. Pour en finir avec un syndicalisme de compromissions, il faut exiger que nos structures syndicales redeviennent parfaitement indépendantes de l’Etat. Pour en finir avec un syndicalisme de privilèges, aucun dirigeant ne saurait rester plus de deux ans sans revenir ã son poste de travail.

Bien entendu, nous ne pensons pas qu’il soit possible de se débarrasser, demain, de ce qui apparaît de plus en plus comme une « aristocratie syndicale » aux yeux des travailleurs. Ce qui est sûr, en revanche, pour nous, militants révolutionnaires au sein de la Conf, c’est qu’il est plus nécessaire que jamais et, aujourd’hui, possible, d’avancer, sur ces questions. Ce sont autant de positions essentielles pour reconstruire la confiance de nos collègues en leurs propres forces et pour proposer des perspectives, à la fois pour les batailles qui seront à livrer demain, contre les attaques du gouvernement et l’offensive du patronat, mais aussi en vue du Congrès de 2016. Si on prépare cette perspective dès maintenant, alors peut-être sera-t-il possible de porter jusqu’au bout, cette fois-ci, une position lutte de classe et anti-dialogue social au sein du syndicat.

Relayer cette perspective au sein des équipes syndicales dans les entreprises serait un premier pas. On pourrait penser également ã une prise de position commune des militant-e-s les plus connu-e-s qui ont été au cœur des luttes contre les licenciements et fermetures en 2008-2010. Cela pourrait aller de concert ã une campagne plus globale qui pourrait être proposée à l’ensemble des organisations de la gauche radicale et de l’extrême gauche qui défendent des positions lutte de classe.

Ce serait un coin enfoncé entre la traditionnelle séparation du syndical et du politique qui, en dernier lieu, fait le jeu de la politique… pro-patronale et pro-gouvernementale du dialogue social. Ce serait un instrument pour se donner un profil radicalement alternatif au sein d’un mouvement ouvrier que les directions réformistes continuent, aujourd’hui, ã diriger, mais qui peinent de plus en plus ã être audibles. Ce combat devrait être mené de façon coordonnée par l’ensemble des camarades du parti ayant une intervention et une implantation syndicale, indépendamment de notre encartement.

Vincent Duse (NPA-68, CGT PSA Mulhouse, CCR-P3)

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)