FT-CI

Elections aux Etats-Unis

Comment comprendre la deuxième victoire d’Obama ?

11/11/2012

Par Claudia Cinatti

La campagne électorale la plus couteuse de l’Histoire est finie. Les deux partis principaux de la bourgeoisie impérialiste nord-américaine ont dépensé ã eux deux six milliards de dollars pour finalement voir s’imposer Barack Obama, tant au niveau du vote populaire (avec deux millions de voix de plus que pour Mitt Romney) que dans le Collège des Grands Electeurs (où il a largement dépassé le seuil des 270 Grands électeurs pour assurer sa victoire). Que nous réserve ce second mandat républicain à la tête de la principale puissance impérialiste ?

Le scénario de la victoire serrée à l’issue d’une campagne très disputée, ã savoir ce que prédisaient les journalistes et analystes ã suite du premier débat télévisé entre les deux candidats, ne s’est pas réalisé. Obama s’est imposé dans tous les Etats de tradition démocrate, mais aussi dans les Etats où se concentrent des fractions importantes du salariat industriel comme l’Ohio, et s’est maintenu dans des Etats du Sud comme en Virginie ou en Floride, bastions traditionnels du parti républicain. La « carte électorale » de 2008 s’est confirmée. Les jeunes, les Afro-Américains, les femmes, les minorités hispaniques et asiatiques, les classes moyennes progressistes et les salariés gagnant moins de 50 000 $ par an, concentrés dans les centres urbains, ont voté très majoritairement pour les démocrates et ont réitéré leur vote pour Obama. Le Parti Républicain voit sa base électorale se recentrer sur les blancs, les hauts revenus, la majorité des plus de 65 ans et la droite religieuse (anti-avortement, homophobe, etc.), tout un électorat qui se concentre principalement dans les zones rurales et périurbaines des grands centres. Du point de vue démographique c’est un problème de fond pour le Parti Républicain dont la base sociale vieillit et se réduit. Avec la défaite de Romney, c’est d’autant plus un problème que le parti est traversé par une forte polarisation interne sous la houlette de son aile droitière du Tea Party, avec des positions fortement réactionnaires sur un certain nombre de dossiers (droits démocratiques, des femmes, rôle de l’Etat fédéral, etc.). Bien qu’auyant conribué ã faire gagner le Parti Républicain lors des élections de mi-mandat au Congrès il y a deux ans, cette polarisation a cette fois-ci desservi le Parti républicain et les candidats au Sénat les plus proches des thèses des Tea Party, augmentant la majorité démocrate dans la chambre haute.

Résistance et « moindre mal »

Aucun analyste sérieux ne s’avancerait ã dire que cette seconde victoire d’Obama est l’expression du même enthousiasme populaire qu’en 2008. IL suffisait de voir le peu de monde venu célébré la victoire de leur candidat ã Times Square ã New York alors qu’il y a quatre ans cette place emblématique de la grande ville de la côte Est était pleine de jeunes, d’électeurs, de sympathisants et de militants démocrates rassemblés pour y attendre la proclamation des résultats. Obama à l’époque avait gagné avec dix millions de voix d’avance. Son fameux « Yes we can ! » était synonyme pour des millions d’Américains de volonté de « changement ». Pour de larges secteurs des classes populaires, après la crise capitaliste, les politiques guerrières de Bush, la possibilité d’élire le premier président noir de l’histoire des Etats-Unis était symptomatique de leur volonté d’en finir avec deux mandats successifs des républicains.

Après quatre années de gouvernement et avec une crise économique qui se poursuit, les attentes ont été déçues. Obama n’a mené ã bien aucune de ses promesses de campagne. La réforme du système de santé vers un système de couverture universel n’a pas permis une réelle gratuité, l’amélioration des prestations et a fait les choux gras des grandes assurances privées (qui en échange ont été parmi les principaux contributeurs à la campagne démocrate. La réforme financière laisse intact les grandes banques et les structures spéculatives responsable de la crise de 2008.


Photo d’Obama et de son ancien chef de Cabinet, Rahm Emanuel, volontaire de l’armée israélienne en 1991, collecteurs de fonds pour Bill Clinton, directeur de la banque Dresner puis membre du conseil d’administration de Fannie Mac, organisme de prêt sauvé en 2008 par l’Etat.

Le sauvetage des géants américains de la banque n’a pas permis de réduire le chômage qui oscille entre 8 et 10%, sans compter une fraction importante de la population au chômage qui a renoncé ã chercher un travail ou les ilions d’Américains qui subissent des temps partiels imposés. On estime le nombre de nord-américains sous le seuil de pauvreté ã 46 millions. La réforme migratoire promise est toujours attendue. Les afro-américains n’ont jamais autant souffert du chômage et de leur criminalisation. La politique extérieure d’Obama continue d’être structurée essentiellement par la « guerre contre le terrorisme » de Bush, même si le discours est plus défensif et l’emploi de drones de guerre plus important, afin de limiter l’exposition des soldats américains et les pertes, très impopulaires sous Bush.

Ces déceptions expliquent la déroute électorale des démocrates aux élections législatives de mi-mandat en 2010. La base électorale d’Obama ne s’était pas déplacée pour aller voter, laissant la victoire au Tea Party. Cette tendance s’est infléchie en 2012. La base sociale démocrate de 2008 s’est partiellement reconstitué et a choisi de voter pour le « moins pire des candidats » ou un « moindre mal » pour les classes populaires, face ã un Romney, milliardaire défendant un programme reaganien ultraréactionnaire « d’Etat minimal », combinant l’apologie du néo-libéralisme à l’offensive en règle contre certaines conquêtes démocratiques comme le droit à l’IVG.

Perspectives

Les perspectives du second mandat d’Obama ne sont pas spécialement rassurantes pour la bourgeoisie au vu des contradictions et des problèmes qui continuent ã boucher l’horizon pour la classe dominante américaine. L’économie continue ã pâtir d’une croissance faible (moins de 2%), insuffisante pour créer des emplois corrects et faire reculer le chômage. La distribution du pouvoir entre les deux partis reste intacts, puisque les républicains contrôlent la chambre basse et les démocrates la chambre haute. Cela risque de créer des crises de paralysie, notamment autour des problèmes fiscaux come cela s’était déjà posé en 2010 avec l’obstruction exercée par les élus proche du Tea Party. On comprend pourquoi Wall Street a ouvert à la baisse dès l’annonce des résultats. Même si Obama continuera ã chercher un consensus permanent avec les Républicains sur les principaux dossiers, le règlement de certaines questions pourrait être ralenti par la majorité républicaine à la chambre basse.

En politique extérieure, la fin de l’occupation de l’Afghanistan, la question de l’Iran, de la Chine posent des problèmes majeurs. La politique « réaliste » des démocrates (défendue également par les républicains les plus modérés) consistant ã administrer le déclin de l’hégémonie américaine au niveau mondial en évitant au possible les aventures militaires aux conséquences désastreuse a été la marque de fabrique d’Obama à la Maison Blanche. Mais le poids des faucons continue ã peser, de même que l’alliance avec Israël dont une fraction consistante de la bourgeoisie semble plus convaincue que jamais de défendre une politique étrangère agressive, notamment en direction de l’Iran. Tout ceci pourrait poser des problèmes supplémentaires à l’administration démocrate.

Bipartisme et polarisations

Les élections ont montré une polarisation sociale et politique profonde, exprimée selon les lignes sociales du vote démocrate et républicain. Mais en même temps le bilan que l’on peut tirer des quatre ans passés par Obama à la Maison Blanche ont ã nouveau souligné que démocrates et républicains sont les deux ailes d’un seul et même parti, celui de la bourgeoisie impérialiste étasunienne. Dans la situation de crise financière et face aux mouvements sociaux qui y répondent, la démocratie bourgeoise laisse apparaître de façon de plus en plus évidente que son bipartisme est la garantie de l’hégémonie du capital. La bureaucratie syndicale américaine de la puissante AFL-CIO, en maintenant la subordination de la classe ouvrière au parti démocrate, collabore ã cette politique. Les travailleurs nord-américains et les secteurs exploités ont connu au cours des trois dernières décennies un reflux profond de leur capacité ã se battre. Cela s’est exprimé dans des niveaux historiquement bas de conflictualité sociale. Cependant des symptômes du renversement de cette tendance commencent ã se manifester. Déjà sous Bush, on a vu l’émergence d’un nouveau prolétariat immigré bien déterminé ã ne pas se laisser faire, notamment chez les hispaniques. Par la suite, ça a été le tour de l’émergence d’une jeunesse radicalisée, notamment ã travers le mouvement Occupy Wall Street qui a essaimé ailleurs aux Etats-Unis. On songera également à la résistance à l’offensive antisyndicale au Wisconsin contre le gouverneur Walker ou plus récemment la grève victorieuse de neuf jours de 26 000 travailleurs de l’enseignement ã Chicago.

Alors que la crise capitaliste qui a commencé en 2008 va continuer ã s’aggraver, qu’Obama commence son deuxième mandat dans une position bien moins confortable qu’en 2008, on peut espérer que les travailleurs, les immigrants et l’ensemble des exploités aux Etats-Unis finissent au cours de la prochaine période de faire leur expérience avec les démocrates et commencent ã avancer sur le chemin de l’indépendance de classe, le seul qui leur permettra de défendre leurs réellement leurs intérêts.

08/11/2012

Traduit par CCR4

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)