FT-CI

ENTRE CRISE POLITIQUE ET CRISE ÉCONOMIQUE

Brésil. Coup d’Etat ou coup de théatre ?

22/08/2015

Brésil. Coup d’Etat ou coup de théatre ?

Ces derniers jours le Brésil a été marqué par des manifestations contre et en appui au gouvernement de Dilma Rousseff du Parti des Travailleurs (PT). Ces mobilisations se tiennent dans le cadre d’une situation de polarisation et de crise politique suite aux scandales de corruption ã répétition et aux difficultés économiques que le pays connaît depuis plusieurs mois.

Moins d’un an après sa réélection, le gouvernement de Dilma est devenu le gouvernement le plus impopulaire de l’histoire du pays : seulement 8% d’opinions favorables. Le dernier facteur qui a fortement affecté la popularité du gouvernement du PT c’est le grand scandale de corruption autour de la compagnie pétrolière nationale Petrobras révélé à la fin de l’année dernière.

Plusieurs dirigeants du PT, de Petrobras et de grandes entreprises du BTP et d’ingénierie sont impliqués dans un schéma de pots de vin pour obtenir des contrats surfacturés pour réaliser des travaux et offrir des services au géant pétrolier brésilien.

Alors qu’en 2005 un autre scandale de corruption avait touché le PT, la conjoncture économique favorable avait permis ã Lula Da Silva être réélu président. Cette fois la mauvaise situation économique du pays ne fait que renforcer la crise politique.

Polarisation politique

C’est ainsi qui s’est développé un mouvement contestataire des secteurs conservateurs et des classes moyennes exigeant l’ouverture d’un processus de destitution de Dilma au parlement. C’est ce secteur qui s’est manifesté très massivement en mars et avril dernier et qui vient d’organiser la dernière manifestation dimanche 16 août. Cependant, malgré les images impressionnantes qui circulent dans les réseaux sociaux et les journaux internationaux, la dernière mobilisation semble montrer une perte de vitesse.

Selon les observateurs locaux dans plusieurs villes importantes, notamment ã Sao Paulo, le nombre de manifestants n’a pas été à la hauteur de ce que l’on avait prévu, certains parlent même d’un recul du nombre de participants.

Il y a plusieurs raisons qui expliquent cela. Parmi les plus importantes on peut mentionner le fait que ces manifestations sont composées des classes moyennes aisées blanches des grandes villes. Cela a comme conséquence que les revendications portées par les manifestants n’ont rien ã voir avec les besoins des classes populaires. Bien au contraire ils ont une rhétorique très antipopulaire, certains défendant ouvertement une « intervention » de l’armée.

Quant à la manifestation pro-gouvernementale de jeudi, elle a été nettement plus petite que celle contre le gouvernement : les chiffres varient selon les sources mais d’après l’agence de sondages Datafolha ã Sao Paulo à la manifestation pro-Dilma il y a eu 40000 personnes alors que celle du dimanche a rassemblé 135.000 personnes.

Une autre donné intéressante de la manifestation soi-disant pro-Dilma c’est que seulement 54% des participants approuvent la politique du gouvernement. Le député fédéral José Guimarães a même déclaré que dans la manifestation ã Fortaleza (dans le nord-est du pays) il y avait plus de pancartes exigeant un changement dans la politique du gouvernement et des programmes sociaux que des pancartes en soutien ã Dilma et au PT.

Ces éléments sur les manifestations « anti-impeachment », qui étaient composées de secteurs plus populaires que celles de la droite, montre qu’il existe un mécontentement grandissant avec le gouvernement de Dilma parmi les travailleurs et la jeunesse.

Le patronat essaye de temporiser

Un autre élément qui pourrait expliquer la faiblesse relative des mobilisations de dimanche contre Dilma c’est le fait que le patronat et la presse capitaliste depuis quelques jours ont pris clairement parti pour calmer la situation et éviter que la crise politique s’aggrave et vienne ã s’ajouter à la situation économique difficile.

C’est pour cela que conjoncturellement le grand patronat brésilien considère que ce qui est à l’ordre du jour n’est pas la destitution de Dilma et l’ouverture d’une situation politique incertaine mais l’application de « réformes ». Le patronat prône la « responsabilité » pour mener ã bien les réformes qu’il considère « prioritaires » : créer un climat favorable aux affaires que les affaires de corruption détériorent, réduire les dépenses publiques (programmes sociaux), réduire la taille de l’Etat (privatisations)…

Evidemment, rien n’est dit sur les problèmes des classes populaires comme le chômage (qui ce mois-ci a atteint presque 8%), l’inflation qui sera de 9% cette année, le problème chronique du logement, les hausses dans les factures d’eau et électricité, etc. La bourgeoisie prétend que le gouvernement de Dilma soit une sorte de gouvernement de « transition » qui fasse le « sale boulot » d’ici 2018, lors des prochaines élections présidentielles.

La droite embarrassée

Cette position du patronat brésilien met dans une position difficile le principal parti de droite brésilien, le PSDB (Parti Social-démocrate du Brésil). En effet, il doit en même temps répondre aux intérêts du patronat et essayer de ne pas se couper de son électorat traditionnel qui est celui qui se manifeste pour exiger la destitution de Dilma.

Le PSDB ne peut et ne veut pas devenir le représentant politique des mobilisations anti-PT non plus. Il ne peut pas car il y a une méfiance générale envers les partis politique de la part des manifestants de droite. Souvent on lit des déclarations parlant du « manque de leaders » capables de substituer le PT et Dilma. En même temps, se lier trop aux secteurs qui se mobilisent serait se couper d’une partie importante de l’électorat populaire sans une partie duquel il est impossible pour le PSDB de gagner les élections présidentielles.

Parallèlement, il existe une lutte interne entre les différents leaders du PSDB. Alors qu’Aécio Neves, dernier candidat de la droite battu par Dilma en 2014, bénéficierait d’une destitution le plus rapide possible de Dilma, son principal rival interne, l’actuel gouverneur de l’Etat de Sao Paulo Geraldo Alkmin, a besoin de plus de temps pour se préparer ã gagner la dispute interne et devenir le candidat ã président du PSDB.

Pour un troisième pôle

Cette crise politique et de représentativité des partis bourgeois au Brésil est sans aucun doute liée aussi aux mobilisations populaires de juin 2013. A l’époque on avait vu la jeunesse et les travailleurs descendre dans la rue pour dénoncer les coûts des travaux pour la Coupe du Monde et les Jeux Olympiques et en même temps les conditions désastreuses dans lesquelles se trouvaient les services publics comme la santé, l’éducation, les transports.

Aujourd’hui la situation tend ã se polariser entre deux options bourgeoises et tout ã fait antipopulaires : les secteurs de la petit-bourgeoisie conservatrice raciste et profondément anti-ouvrière d’une pat ; et le gouvernement du PT et Dilma de l’autre qui sont en train d’appliquer des plans d’austérité contre les classes populaires, privatiser des entreprises publiques, sans parler des scandales de corruption dans lequel ses membres se trouvent embourbés.

Beaucoup de partis politiques d’extrême-gauche et d’organisations sociales justifient leur participation aux manifestations organisées par le gouvernement et ses organisations satellites par un supposé « danger de Coup d’Etat ». La réalité c’est que bien qu’il y ait des secteurs qui demandent ouvertement une « intervention militaire », le Brésil est loin d’être menacé par un Coup.

Au contraire aujourd’hui ce qui se pose pour les travailleurs, la jeunesse, les habitants des quartiers populaires et l’ensemble des opprimés c’est la construction d’un pôle d’indépendance de classe aussi bien de la droite que du gouvernement. C’est pour cela que nous soutenons l’appel que nos camarades du Mouvement Révolutionnaire des Travailleurs ont lancé au PSOL ã travers leur quotidien d’extrême gauche brésilien Esquerda Diario pour organiser avec l’ensemble de partis et organisations sociales indépendantes du gouvernement et du patronat une troisième mobilisation qui représente les intérêts des travailleurs et des classes populaires.

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)