FT-CI

Communiqué du PTS

Bilan ã chaud de la Rencontre nationale du syndicalisme combatif et lutte de classes en Argentine

17/03/2014 Pour une grève nationale et l’organisation d’actions ouvrières

[1/1]
[1/1]

4.000 personnes ont répondu présent à l’appel lancé pour la Rencontre Nationale du syndicalisme combatif et lutte des classes qui s’est tenue au stade couvert d’Atlanta ã Buenos Aires le samedi 15 mars. La Rencontre a été ouverte par Claudio Dellecarbonara, délégué du métro de la capitale et membre de la direction nationale du Parti des Travailleurs Socialistes (PTS).

Ont suivi des interventions de Rubén « Pollo » Sobrero, cheminot et dirigeant du syndicat du rail de la ligne de Haedo, de Carlos « Perro » Santillán, du syndicat des communaux de Jujuy (SEOM), de Raúl Godoy, ouvrier de Zanon et membre de la direction du PTS ainsi que de Javier « Poke » Hermosilla, dirigeant de la section syndicale [« Comisión Interna »] de la multinationale de l’agroalimentaire Kraft.

Les intervenants ont commencé par saluer la grève des enseignant-e-s qui secoue actuellement la province de Buenos Aires, et ont critiqué l’ensemble des directions syndicales, y compris celle de Hugo Moyano. Cela ne les a pas empêché de les interpeller et d’exiger un plan de lutte national dans le cadre des négociations salariales annuelles [« paritarias »]. Cette grève devrait également se positionner contre la vague de licenciements et pour l’acquittement des ouvriers du pétrole de Las Heras, condamnés à la perpétuité

Dans son discours d’ouverture Javier Hermosilla a souligné combien l’objectif était « de poursuivre avec la méthode des piquets de grève et les barrages routiers, comme on l’a déjà fait lors de la grève générale du 20 novembre 2012 [appelée à l’époque par Hugo Moyano et Pablo Micheli, représentants de deux des branches des directions syndicales opposées au gouvernement Kirchner], tout en défendant une option indépendante de Moyano et de Micheli et d’imposer l’ensemble de nos revendications. C’est ce que nous avons fait ã nouveau lorsque nous avons été plusieurs milliers de travailleurs, aux côtés des courants d’extrême gauche, ã dresser des barrages routiers sur les grands axes d’accès à la capitale comme l’autoroute Panaméricaine, l’avenue General Paz et le Pont Puyrredón, afin d’exiger l’acquittement des ouvriers du pétrole de Las Heras. C’est ce qui a provoqué la fureur de Sergio Berni [ministre de l’Intérieur] et de la présidente Cristina Kirchner qui sont tous deux montés au créneau sur les chaînes publiques pour nous attaquer ».

Raúl Godoy a annoncé que « tout en exigeant une grève et un plan de lutte contre la politique austéritaire et de criminalisation des mouvements sociaux du gouvernement, le PTS et l’ensemble des courants syndicaux que nous animons vont continuer leur combat pour reconquérir les syndicats, les placer au service du monde du travail et en expulser la bureaucratie. Et dans ce combat, on peut compter sur une nouvelle arme, en l’occurrence les députés du Front de Gauche et des Travailleurs [FIT] ».

Les débats se sont poursuivis en commissions. La Rencontre s’est terminée par une assemblée plénière au cours de laquelle ont été lues les différentes motions majoritaires et minoritaires qui avaient été validées en commissions et qui ont été soumises au vote des travailleur-euse-s. C’est au cours du plénier que sont intervenus des représentant-e-s d’entreprises en lutte comme Kromberg (câblage automobile, province de Buenos Aires), Liliana (électroménager, Rosario) ainsi que Valeo (sous-traitance automobile, Córdoba). Angélica Laguna, députée provinciale du FIT de Neuquén, Christian Castillo, pour la province de Buenos Aires, sont également intervenus aux côtés de Nicolás del Caño, député national.

La Rencontre a ratifié les résolutions suivantes :

1. Solidarité active en direction des luttes en cours, notamment à l’égard de la grève enseignante de la province de Buenos Aires et les luttes qui sont menées contre les licenciements et les mise-à-pieds comme ã Kromberg et Volkswagen [Córdoba].

2. Dénoncer la trêve passée entre les directions syndicales et le gouvernement. Exiger de la CGT et de la CTA [les deux principales confédérations du pays] une grève nationale et un plan de lutte pour faire reculer le gouvernement dans sa politique austéritaire.

3. Appeler ã une Journée d’action issue de la Rencontre. Appuyer la Journée nationale du 9 avril pour l’acquittement des travailleurs du pétrole de Las Heras dans le cadre de la lutte contre l’austérité.

4. Organiser la direction provisoire d’une Coordination nationale ouverte des secteurs combatifs et antibureaucratiques. Dans le même sens, développer des Rencontres provinciales et régionales.

5. Une résolution spécifique d’appui à la grève de l’éducation.

6. Une résolution internationaliste de soutien à la grève historique des ouvrier-e-s de Panrico de Barcelone.

16/03/14

Ici le lien pour découvrir les principales interventions de la Rencontre, notamment celle de Godoy (Zanon), Hermosilla (Kraft), Sobrero (rail), Castillo, Pollo (ouvrier de Liliana), Leonardo (ouvrier de Valeo), Silvio « Chopper » Egüez (du syndicat des travailleurs du sucre de la province de Jujuy, Santillán SOEM) ainsi que de Lorena Gentile (Kraft) : http://www.pts.org.ar/Masivo-Encuentro-Sindical-Combativo-exige-paro-nacional-y-convoca-jornada-de-cortes-y-piquetes

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)