FT-CI

Après la mort de centaines d’immigrés ã Lampedusa

06/10/2013

Après la mort de centaines d’immigrés ã Lampedusa

Les images des corps inanimés des migrants « clandestins » repêchés en mer puis alignés ã Favarolo, sur la jetée du port de Lampedusa, ont fait le tour du monde, suscitant horreur et indignation. Une tragédie ? Un massacre plutôt.

L’incendie du 3 octobre, au large de Lampedusa, d’une embarcation partie du port libyen de Misurata et qui transportait ã son bord 500 réfugié-e-s originaires, pour la plupart, d’Erythrée, de Somalie et du Ghana, a fait plus de 100 morts alors que 250 personnes sont toujours portées disparues. Parmi les survivants, nombreux sont ceux qui témoignent de l’absence de secours, dans un premier temps, de la part de bateaux de pêche qui auraient vu l’embarcation des migrants se retourner puis couler ã pic sans pour autant intervenir, cela comme conséquence de la législation anti-immigration qui empêche aux embarcations civiles d’apporter de l’aide aux « clandestins » l’arrivée des garde-côtes.

La population de petite île italienne de Lampedusa, entre la Tunisie et la Sicile, est désespérée. Elle l’a fait savoir en descendant dans la rue pour dénoncer le fait que Lampedusa vit dans la douleur et porte sur ses épaules le poids de l’indifférence du reste du monde. « Lampedusa veut accueillir les migrants en vie, et non pas lorsqu’ils sont morts », pouvait-on lire sur certaines pancartes. Le cimetière de l’île est, pour ainsi dire, complet. Les cadavres sont transférés dans un hangar de l’aéroport et le centre de rétention de l’île tourne au-delà de ses capacités, avec plus de 1350 réfugiés qui s’y entassent.

Pendant ce temps, une journée de deuil national a été décrétée par le gouvernement italien de coalition gauche-droite. « Plus jamais ça ! », s’est étranglé Enrico Letta, le président du Conseil. « C’est une honte », a aussitôt renchéri le Pape François qui avait choisi de se rendre, en juillet, ã Lampedusa pour son premier déplacement en dehors de Rome. Sans vergogne, pour le coup, Angelino Alfano, actuel ministre de l’Intérieur et ancien bras-droit de Silvio Berlusconi, a proposé la candidature de Lampedusa au prix Nobel de la Paix, en disant regretter le peu de collaboration de l’Union Européenne par rapport à la gestion des flux migratoires.

Des frontières blindées pour défendre la « Forteresse Europe »

Il est vrai que l’UE n’a pas développé jusqu’à présent de législation parfaitement homogène sur cette question et chaque pays continue ã appliquer son propre arsenal législatif (et répressif). Pour ce qui est de l’Italie, c’est la loi Bossi-Fini de 2002 (du nom des ministres Ligue du Nord et Alliance Nationale du gouvernement Berlusconi de l’époque) qui continue ã être appliquée et qui prévoit notamment l’expulsionimmédiate des immigrés clandestins lorsque ils sont arrêtés. La loi a été renforcée en 2009 ã travers le « Paquet sécurité » [‘Pacchetto Sicurezza’], dont la principale « innovation » a été l’introduction dans le droit pénal du « délit de clandestinité », mesure qui a été condamnée y compris par la Cours de Justice européenne en 2011 comme parfaitement contraire aux droits fondamentaux.

Même si l’UE ne compte pas une législation uniforme, cela ne veut pas dire que les pays de l’UE ne se coordonnent pas pour renforcer les contrôles et les expulsions sensés garantir la « sécurité » des frontières de l’Union. Depuis une quinzaine d’années, les centres pour l’identification et l’expulsion des candidats à l’immigration se sont multipliés dans tous les pays méditerranéens. Il en existe aujourd’hui prés de 500, tandis que, le budget de Frontex s’élève ã 88 millions d’euros par an. Cette agence européenne, mise en place en 2004 pour surveiller les frontières de l’UE, dispose en effet de 26 hélicoptères, 22 avions, 113 bateaux sans compter des dizaines d’équipes d’intervention, tout cela pour mieux défendre la « Forteresse Europe ». Cela n’a pas non plus empêché les pays du Sud de l’UE de continuer ã demander davantage de subventions ã Bruxelles pour blinder un peu plus leurs frontières, une opération aussi injuste qu’inutile lorsque l’on sait que l’objectif affiché est de bloquer les flux de migrants.

Sous-traitance du contrôle et de la répression des flux de réfugiés

La stratégie consistant ã sous-traiter aux pays du Sud de la Méditerranée les questions migratoires, ã travers la construction de prisons en Libye et de systèmes de contrôle dans le Sahara est le complément de ces politiques. Human Rights Watch a accusé Tripoli ã plusieurs reprises d’arrestations arbitraires et d’actes de torture dans des centres de détentions financés par le gouvernement italien. Rome finance également des vols charters d’expulsés, qui partent de la Libye avec à leur bord des migrants, ainsi que des moyens logistiques facilitant ces expulsions par voie terrestre.

Pleurer sur la tragédie de Lampedusa comme s’il s’agissait d’une catastrophe naturelle signifie ignorer les causes systémiques qui produisent ce genre d’événements. Il s’agit, par ailleurs, d’un événement qui n’a rien d’exceptionnel comme le montrent les données officielles sur les « voyages du (des)espoir » des vingt dernières années. Prés de 20.000 personnes ont trouvé la mort en Méditerranée, dont 6.200 dans le seul Canal de Sicile, entre le Maghreb et l’Italie. Quelques heures avant le naufrage de Lampedusa, toujours au large de l’île, une embarcation avec ã son bord 463 migrant-e-s avait accosté, et le premier octobre, ã Scili, dans la province de Raguse, treize migrants avaient trouvé la mort par noyade après avoir dû se jeter à la mer ã partir d’une embarcation qui transportait 160 Erythréens. Le massacre de Lampedusa est donc loin d’être un cas ã part.

L’industrie de la clandestinité fonctionnelle au capitalisme européen

Crier au scandale au nom du fait que des dizaines de personnes perdent la vie, tous les jours, en essayant de se rendre en Europe pour tenter d’échapper ã des conditions de (sur)vie insoutenables dans leur pays d’origine démontre l’hypocrisie la plus complète de l’impérialisme européen et de ses gouvernements qui font semblant d’oublier leurs responsabilités par rapport à la mise en place de ce que l’on pourrait appeler « l’industrie de la clandestinité ».

En effet, dans le meilleur des cas, les migrants qui ne se noient pas en Méditerranée mais débarquent en Europe et échappent à la détention à leur arrivée, deviennent des travailleurs serviables et corvéables ã merci, victimes du racisme institutionnel, soumis au chantage de patrons petits et gros qui les font travailler dans des conditions souvent proche de l’esclavage, et tout ça est totalement fonctionnel à l’économie européenne. Les événements de Rosarno, dans le Sud de l’Italie, nous le rappellent, lorsqu’en 2010, des centaines d’ouvriers agricoles sans-papiers de Calabre s’étaient rebellés, avaient fait éclater le scandale de ces hommes et femmes vivant entassés dans des hangars ou sous des tentes et travaillant comme saisonniers pour quelques euros par jour. Ce sont là les conditions conditions que connaissent une bonne partie des travailleurs sans-papiers en Europe, et pas seulement dans la plaine agricole de Gioia Tauro d’où viennent les oranges que l’on retrouve sur nos tables. là encore, le gouvernement italien avait crié au scandale comme si ce qui se passait ã Rosarno était une exception, en non la règle. là encore, les fausses larmes et l’indignation feinte occultaient la logique systémique qui préside à l’économie de la clandestinité. Une fois de plus, elles transforment en une mauvaise farce ce qui est une tragédie quotidienne.

05/10/13

Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)