FT-CI

Les pressions sur l’Iran s’accentuent

A bas les sanctions contre Téhéran et les menaces de guerre

29/09/2007

C’est Sarkozy qui cette fois a ouvert le feu depuis la tribune de l’assemblée générale annuelle des Nations Unies. Avec l’appui de la Maison Blanche, l’objectif des diplomaties impérialistes est d’isoler le régime iranien. Il s’agit d’une part de forcer Téhéran ã négocier sur le dossier iraquien avec plus de retenue que les représentants d’Ahmadinejad n’en avaient fait preuve lors des précédentes négociations bilatérales avec les Etats-Unis au cours des derniers mois. Il s’agit également de justifier une éventuelle action militaire contre le pays, bien qu’à l’heure actuelle cette hypothèse ne soit pas à l’ordre du jour et qu’une telle intervention pourrait apporter plus d’inconvénients que d’avantages aux Etats-Unis.

Voilà autour de quoi ont tourné les discours pendant la 62° assemblée générale de l’ONU. Sarkozy a été là encore très clair : « si la communauté internationale accepte que l’Iran se dote d’armes nucléaires, nous courrions un risque inacceptable pour la stabilité de la région et pour le monde entier », et d’ajouter que « faire preuve de faiblesse ne mènera nullement à la paix, mais à la guerre » tout en concluant qu’il entendait dire au nom de la France « que la crise ne saurait être réglée qu’à travers la fermeté et le dialogue ». Le discours du président français n’était pas sans faire penser ã celui de son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui avait déclaré le 16 septembre que le monde entier devait se préparer au pire c’est-à-dire à la guerre face aux ambitions nucléaires de Téhéran, et cela bien que par la suite la présidence de la République et Kouchner lui-même aient rectifié le tir en soulignant que la France n’était pas favorable ã une solution militaire au problème du dossier nucléaire iranien.

Bush pour sa part s’est transformé en porte-parole de la paix et des droits de l’homme en prononçant un discours faisant l’éloge de l’humanisme et de la solidarité (tout en passant sous silence l’actuelle guerre contre le terrorisme) et rappelant les gouvernants présents à l’assemblée à leurs devoirs de justice dans la lutte contre l’oppression et les régimes tyranniques... Le fait que les délégués présents soient restés assis et applaudissent l’harangue hypocrite du principal criminel de guerre, responsable par la guerre en Irak de la mort de 700.000 iraquiens, n’est que l’ultérieure démonstration de la complicité des gouvernements de la planète et de l’ONU elle-même avec la politique réactionnaire et assassine de Washington.

Alors que Sarkozy jouait le rôle du méchant et que Bush se glissait dans le costume du Sheriff humaniste et gentil, l’objectif de paris et Washington était de faire pression sur Téhéran et que l’Iran se sente isolé. C’est dans ce cadre que lundi la secrétaire d’Etat étasunienne Condoleezza Rice a affirmé qu’il n’existait aucun signe de reprise des discussions entre les Etats-Unis et l’Iran sur le dossier iraquien. Elle a néanmoins souligné que l’administration Bush laissait ouvert des canaux de discussion même si elle ne s’attendait pas ã des résultats immédiats. En d’autres termes, Washington essaie de créer un contexte international qui permette de faire pression sur le régime iranien de manière ã ce que ce dernier baisse la garde sur le dossier iraquien. Voilà comment expliquer les menaces proférées par la diplomatie française au cours des dernières semaines. Voilà pourquoi Angela Merkel, la chancelière allemande, a affirmé que si l’Iran se dotait de l’arme nucléaire, ce serait catastrophique non seulement pour Israël mais également pour l’Europe, exigeant au passage de nouvelles sanctions contre Téhéran. Alors que l’Italie appuie la nécessité de nouvelles sanctions, la Hollande parle de l’obligation morale de résister au programme nucléaire iranien.

Il ne faut pas oublier non plus l’opération menée par l’aviation israélienne dans le Nord de la Syrie, le 6 septembre dernier, contre un chargement de matériel nucléaire. Voilà un autre signe fort à l’égard de Téhéran alors que lundi dernier Washington invitait Damas, le seul allié de l’Iran et avec qui les Etats-Unis ont rompu formellement tous rapports depuis des années, ã une conférence internationale sur la question palestinienne en novembre.

Isoler l’Iran, faire craindre ã Téhéran l’éventualité d’une action militaire, faire pression de manière ã ce que le dialogue soit rouvert. Voilà l’objectif. On ne saurait encore dire quel va être l’impact réel de ce pari diplomatique. Il pourrait connaître un échec cuisant, comme l’ont connu les principales initiatives américaines à la suite de l’agression contre Bagdad et l’occupation de l’Irak. Cette campagne réactionnaire ne sert en tout cas qu’exclusivement les intérêts des Etats-Unis, affaiblis et embourbés en Irak, et de l’administration Bush.

  • TAGS
Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)