FT-CI

Déclaration d’urgence de la FT-QI

À bas le massacre sioniste contre Gaza !

12/01/2009

À bas le massacre sioniste contre Gaza !

En renvoyant dos ã dos les oppresseurs et les opprimés, les pays impérialistes et l’ONU soutiennent en réalité le massacre perpétré par l’Etat sioniste

Dans la nuit du 27 au 28 décembre, l’aviation sioniste israélienne a déclenché l’opération « plomb durci », l’une des plus meurtrières depuis 1967. Les attaques aériennes sur Gaza et Rafah ont déjà fait plus de 400 morts et 2000 blessés. Le gouvernement israélien a lancé aujourd’hui une opération terrestre. Ce carnage, présenté comme une riposte aux tirs de roquettes du Hamas, n’est pas seulement un acte de surenchère dans la campagne électorale en cours en Israël, mais un plan prévu de longue date pour briser définitivement la résistance du peuple palestinien, mis en pratique avec le feu vert de la prétendue « communauté internationale », l’ONU, les pays impérialistes, ainsi que l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Yémen et le Koweït qui ont amorcé une « normalisation » de leurs relations avec l’occupant sioniste, malgré leurs protestations formelles après le début de l’attaque des forces armées israéliennes.

Gaza, un véritable ghetto

Depuis des années, Gaza survit dans comme un véritable ghetto. Un impitoyable blocus économique, politique et culturel l’isole du monde. Un million et demi d’habitants sont prisonniers de l’armée israélienne et privés de tout : de nourriture, de carburant, d’électricité, de médicaments, de matériel scolaire... La population sous le joug de l’oppression coloniale barbare depuis soixante ans subit une « punition » collective impitoyable pour avoir « mal » voté et avoir porté son choix démocratique vers le Hamas. Portée ã un tel niveau, cette oppression sonne l’heure de la destruction totale de la Palestine et plus particulièrement de Gaza. C’est une mort lente que subissent les Palestiniens dans la bande de Gaza. Environ 80 % de la population vivent sous le seuil de pauvreté et le taux de chômage atteint 65 %. Le revenu par personne est de 443 euros par an, soit 1,36 euro par jour. 60 % des enfants souffrent de malnutrition. La liberté de circulation entre la bande de Gaza et la Cisjordanie, Jérusalem et le monde extérieur est bloquée. Environ 260 personnes sont mortes l’an passé soit parce qu’elles ont été empêchées d’aller se faire soigner à l’étranger, soit par manque de médicaments. La seule usine de fabrication de médicaments est arrêtée en raison de la pénurie de matières premières. Plus de 1 500 cargaisons et containers de matières premières sont retenus dans les ports israéliens. Les projets de construction et de développement des hôpitaux, des cliniques et d’établissements éducatifs sont suspendus. Les coupures de courant sont toujours quotidiennes.

Or cette barbarie odieuse n’a pu être perpétrée que grâce à l’impunité totale assurée ã cet État colonial sioniste et même au soutien actif dont il a bénéficié au sein de l’Union Européenne. Nicolas Sarkozy, président français et président de l’UE lorsque l’offensive a débuté, a imposé le « rehaussement de la coopération avec l’UE » le 8 décembre dernier. Il a ainsi été décidé de revaloriser les relations politiques entre l’UE et Israël, permettant une plus large participation de l’État sioniste aux programmes communautaires européens. En octroyant un tel avantage ã un État qui mène une politique expansionniste en colonisant de nouveaux territoires palestiniens, qui pille, qui assassine, qui ghettoïse, Sarkozy a donné un chèque en blanc aux faucons et porte une lourde responsabilité dans ce nouveau crime de guerre sioniste.

L’assassinat collectif perpétré, toutes ces belles âmes, telles des pleureuses compatissantes, font mine de se presser au chevet de Gaza. Mahmoud Abbas a dénoncé l’offensive israélienne ; c’est pourtant l’un des premiers responsables de la situation que vivent les Palestiniens si l’on considère sa collaboration avec les sionistes et son allégeance aux plans impérialistes. Israël ne s’appuie pas seulement sur son armée mais aussi sur la couardise et la duplicité des gouvernements arabes qui, tout en prenant position contre les attaques ã Gaza, accuse le Hamas d’être responsable du conflit. C’est le cas du ministre des Affaires Étrangères saoudien, le prince Saoud-al-Fayçal, qui a critiqué les Palestiniens en leur reprochant de ne pas s’unir derrière leur président, Mahmoud Abbas. Ce dernier a été l’un des instrument des Etats-Unis et d’Israël pour miner le Hamas depuis que l’organisation islamique a gagné les élections en 2006. C’est pourquoi l’appel saoudien à l’unité est une tentative pour isoler un peu plus le Hamas, dans la droite ligne des efforts du régime égyptien qui a collaboré en fermant ses propres frontières avec Gaza, ce qui a renforcé le blocus économique organisé par Israël. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, s’est dit « profondément inquiet » et a appelé ã un « arrêt immédiat des violences » : rejetant dos ã dos l’oppresseur et l’opprimé, l’ONU se montre une fois de plus le féal, l’instrument des impérialismes et colonialismes de toute sorte. Les États-Unis ont quant ã eux prié Israël de faire en sorte que les raids ne fassent pas de victimes civiles... tout en avertissant le Hamas qu’il devait cesser ses attaques à la roquette « pour que la violence cesse ». Le président étasunien élu Barak Obama, par son silence, a de fait appuyé le soutien apporté par l’administration américaine sortante à l’agression sioniste. Sarkozy s’est dit inquiet et son ministre des Affaires Étrangères, Kouchner, a repris mot pour mot la déclaration étasunienne.

La stratégie d’Israël et les difficultés pour atteindre ses objectifs réactionnaires

L’État sioniste utilise ce conflit pour réhabiliter sa capacité de dissuasion militaire au Moyen-Orient qui a été fortement écornée par son échec lors de la guerre du Liban en 2006. Son objectif est de démontrer que le Hamas s’expose ã une vengeance implacable s’il continue à lancer des roquettes. La dévastation de Gaza est aussi un message à la milice chiite Hezbollah et à l’Iran. Le gouvernement de coalition Kadima/Parti Travailliste, en pleine course électorale “interne” et externe par rapport au Likoud en vue des élections de février, essaie de tirer profit de l’actuelle « transition » étasunienne pour forcer la main de son principal allié et pouvoir agir dans la plus parfaite impunité ; par cette offensive il veut donner une leçon au peuple palestinien et ã tous les pays de la région, tant les plus philo-israéliens que ceux qui maintiennent une ligne dure par rapport ã Tel Aviv.

Mais malgré le caractère massif de l’offensive pendant les premiers jours, la stratégie israélienne pourraient être plus compliquée ã mener que prévu pour Tel-Aviv. Les tirs de roquettes de la part du Hamas se sont poursuivis. Comme l’offensive aérienne n’atteint pas ses objectifs, Israël a dû lancé une offensive terrestre qui pourrait se révéler être extrêmement coûteuse en nombre de morts pour ses troupes. En effet, une guerre d’usure dans une ville densément peuplée comme la bande de Gaza favorise les forces d’une armée irrégulière et nombreuse comme celle du Hamas et défavorise Tsahal, très performante d’un point de vue technologique mais limitée dans l’usage de ses troupes. C’est ce qu’a déjà montré la retraite israélienne du Liban et c’est ce qui a été à la base des doutes et des hésitations du premier ministre israélien Ehud Olmert, lors de la récente campagne militaire dans ce pays en 2006 et a conduit à la première défaite militaire de l’histoire d’Israël. Dans ce contexte, malgré le climat politique israélien et malgré une opinion publique israélienne largement droitisée, les issues stratégiques pour l’État sioniste, une fois l’escalade militaire engagée et face au rétablissement de la résistance palestinienne après l’effet de surprise initiale, ne sont pas simples. La décision du cabinet la semaine dernière permet la réoccupation de Gaza et sa remise à l’Autorité Nationale Palestinienne de Abbas, soit directement, soit par l’intermédiaire d’une force internationale ou panarabe pour donner suite au frauduleux processus de paix d’Annapolis. Cette issue a été suggérée par le candidat du Likoud, Benjamin Netanyahu, qui parle d’ “éliminer le régime du Hamas sur le long terme”. Mais une tentative similaire a échoué au Liban en 1982, quand Israël a voulu imposer ses serviteurs locaux. De son côté, Abbas, malgré son rôle traître face ã Israël, hésiterait ã revenir ã Gaza dans un char israélien ? S’il en était ainsi, il aurait de toute façon d’énormes difficultés pour gouverner. Une autre alternative envisagée est celle que défendrait l’homme fort du moment, le ministre de la Défense, Ehud Barak, qui chercherait un nouveau cessez-le-feu après avoir donné une leçon au Hamas. Mais cette option, de même que cela s’était produit avec le Hezbollah au Liban, donnerait de la légitimité au Hamas qui continuerait ã gouverner Gaza. Une troisième variante consisterait ã mener jusqu’à son terme le plan de désengagement de l’ex-premier Ministre Sharon, en renonçant ã toute responsabilité pour la bande de Gaza et en cherchant ã ce qu’elle obtienne ses ressources et ses fournitures par l’intermédiaire de l’Egypte. Les secteurs qui, comme l’actuelle ministre des Affaires Etrangères, Tzipi Livni, accordent une grande importance à l’appui internationale ã Israël, favoriserait cette option, car ils sont convaincus que Gaza est plus une charge pesante pour la survie de l’Etat sioniste qu’un actif. Mais cette option pourrait représenter un véritable fardeau pour le Caire, car elle compliquerait fortement les relations avec Israël dans une période particulièrement sensible marquée par le déclin du régime de Hosni Mubarak, déjà durement frappé par la crise économique, la résistance ouvrière des années passées et l’opposition islamique. Comme on le voit, malgré les durs coups portés initialement, il n’est pas facile pour Israël de trouver une issue stratégique pour le problème de sa frontière sud, tâche que l’actuel gouvernement sioniste, dans un contexte de divisions au sein de la classe politique israélienne, d’approche des élections et de changement de gouvernement ã Washington, ne pourra résoudre et laissera comme un héritage pesant au prochain gouvernement israélien après les élections de février.

L’État sioniste est raciste et colonialiste

C’est un fait historiquement irréfutable, l’État d’Israël, parce que sioniste, est fondé sur le racisme et le colonialisme. C’est vers 1885 que Herzl envisagea de « coloniser la Palestine » et de créer un « foyer national juif ». Il décréta que « le peuple d’Israël, en tant que peuple supérieur et continuateur moderne du Peuple élu, [devait] aussi devenir un ordre réel » et, pour ce faire, « rendre des services à l’État impérialiste qui protégera son existence ». Le racisme et le colonialisme israéliens sont les fondements d’un État qui se définit non par référence ã une nation, mais ã une religion et ã une ethnie. Un État qui affirme le droit de « son » peuple par l’appropriation exclusive d’une terre pourtant déjà habitée et exploitée par d’autres populations. Les textes fondateurs du sionisme éclairent la politique actuelle. Lorsque Herzl s’adresse en 1897 au gouvernement français, dans l’espoir d’obtenir son appui pour la fondation d’Israël, il écrit : « Le pays que nous nous proposons d’occuper inclura la Basse-Egypte, le sud de la Syrie et la partie méridionale du Liban. Cette position nous rendra maîtres du commerce de l’Inde, de l’Arabie et de l’Afrique de l’Est et du Sud. La France ne peut avoir d’autre désir que de voir la route des Indes et de la Chine occupée par un peuple prêt à la suivre jusqu’à la mort. » Les accords Sykes-Picot feront les mêmes promesses, mais à la Grande-Bretagne. Le processus était lancé. Les puissances impérialistes allaient utiliser la monstrueuse politique de l’holocauste comme alibi pour le parachever.

Israël est ainsi au Moyen-Orient ce que l’Afrique du Sud de l’apartheid fut à l’Afrique australe : une colonie imposant aux populations autochtones une domination ã caractère raciste, et dont l’existence serait impossible sans l’aide matérielle des puissances impérialistes « en échange de services rendus », en l’occurrence aux États-Unis et aux États de l’Union Européenne.

Quand un gouvernement juge que la vie d’un soldat juif est plus importante que celle de centaines d’enfants et de civils palestiniens, alors l’État que représente ce gouvernement est un État raciste ; quand des forces armées, dans les territoires qu’elles occupent illégitimement, interdisent aux civils de se déplacer, d’aller chercher de l’eau aux puits et aux sources, de labourer leurs champs, de rendre visite à leur famille, de se rendre à l’école ou à leur travail, de circuler d’un village à l’autre, d’amener un enfant malade chez le médecin... alors l’État que représente ce gouvernement est un État raciste et colonialiste. Quand ce gouvernement sioniste construit le mur de la honte pour la ghettoïsation du peuple palestinien, rase maisons et oliveraies, chasse, expulse, emprisonne, torture, affame... alors ce gouvernement et son armée sont ceux d’un État raciste et colonialiste.

Tzipi Livni, la ministre des affaires étrangères de l’entité coloniale sioniste, présente clairement sa vision « future » de l’État juif : un État purement juif, sans Palestiniens, ce qui signifie en termes concrets et bruts : expulser les Palestiniens de leurs terres et de leurs propriétés, vers la Cisjordanie et la bande de Gaza, ou ailleurs. Ce n’est pas la première fois que Livni fait de telles prophéties et ce n’est pas la première responsable politique sioniste à le faire. Golda Meir, par le passé, avait fait de même. Ce qui est nouveau, c’est que ces annonces se répètent régulièrement. En les martelant à l’envi, elles veulent paraître normales et logiques (État juif et démocratique = expulsion des Palestiniens = nettoyage ethnique) et passer le message ã tous ceux qui n’ont pas encore compris le rêve sioniste. Les dirigeants sionistes ne parlent pas de « nettoyage ethnique » mais le pratiquent sur le terrain.

Dès lors, la perspective d’une solution ã deux États devient de plus en plus insoutenable ã cause de la colonisation sioniste et du soutien que lui accordent tous les impérialismes. L’État israélien n’acceptera jamais d’abandonner ses visées sionistes et expansionnistes et ne permettra jamais la création d’un État palestinien viable sur l’intégralité des territoires occupés avec Jérusalem comme capitale, la libération de tous les prisonniers politiques et le retour de tous les réfugiés. Il n’y aura jamais de paix tant que l’État israélien, théocratique, colonialiste, raciste, pratiquant l’apartheid et le nettoyage ethnique, n’aura disparu.

Vive la résistance des Palestiniens ! Front unique des organisations ouvrières et anti-impérialistes pour la soutenir, combattre le sionisme et l’impérialisme oppresseurs !

En tant que révolutionnaires nous soutenons inconditionnellement les forces de de la résistance palestinienne contre l’agression sioniste. D’un point de vue militaire, nous nous plaçons dans son camp contre l’armée israélienne et nous luttons pour la défaite de l’État d’Israël dans la guerre en cours ã Gaza. C’est ã partir de cette position de principe pour tous ceux qui se revendiquent de l’anticolonialisme et de l’anti-impérialisme conséquent que nous disons que la politique du Hamas, malgré sa résistance armée face à l’État d’Israël, conduit la lutte de libération nationale ã une impasse en combattant pour un État théocratique, ce qui empêche de gagner une grande partie des masses palestiniennes, en particulier les éléments laïcs, chrétiens et musulmans non fondamentalistes. En même temps, le Hamas défend la négociation avec la bourgeoisie locale et les États arabes réactionnaires de la région, aussi bien avec les actuels opposants ã Washington comme la Syrie ou l’Iran qu’avec les plus pro-américains comme l’Arabie Saoudite et l’Egypte. Le Hamas n’a pas confiance dans la mobilisation indépendante de la classe ouvrière arabe, comme l’aurait une direction révolutionnaire, la seule qui puisse par son action vaincre l’État d’Israël. Ce n’est qu’en s’organisant de manière indépendante de toutes les forces bourgeoises et petites-bourgeoises incapables de mener un combat victorieux contre le projet sioniste par peur de déchaîner des forces qu’elles ne sauraient contrôler que la classe ouvrière palestinienne pourra être le moteur d’une lutte nationale victorieuse et, au-delà , d’une lutte révolutionnaire pour la satisfaction de ses revendications sociales. Mais cette lutte ne peut se mener qu’en liaison avec les classes ouvrières des autres pays de la région, en particulier la classe ouvrière égyptienne, qui a lutté ces dernières années contre le régime autocratique de Moubarak, et même au côté de la classe ouvrière de l’État d’Israël, où les travailleurs juifs exploités doivent d’abord et avant tout rompre avec le sionisme. C’est ainsi qu’il sera possible de construire un État palestinien laïc, démocratique et non raciste, ce qui n’est possible que par le biais d’une Palestine ouvrière et socialiste où puissent vivre en paix Arabes et Juifs sur tout le territoire de la Palestine historique, incluant aussi bien le territoire occupé par l’État d’Israël que Gaza et la Cisjordanie, et ce dans la perspective d’une Fédération des Républiques Socialistes du Moyen-Orient.

Les travailleurs et les opprimés du monde entier doivent soutenir inconditionnellement la résistance des Palestiniens, leur combat légitime pour leurs droits nationaux, contre la colonisation sioniste de leurs terres, pour le droit au retour de tous ceux qui ont été expulsés depuis 1948, pour le droit de choisir librement leurs représentants, pour exiger l’arrêt de l’offensive et de toutes les exactions perpétrées de l’État d’Israël, la levée immédiate et inconditionnelle de l’embargo qui assassine le peuple palestinien et l’ouverture immédiate de la frontière entre l’Égypte et la bande de Gaza.

La lutte contre l’impérialisme et son bras armé israélien est un devoir impérieux pour l’ensemble des organisations qui se réclament du mouvement ouvrier et du combat anti-impérialiste : leur responsabilité est d’organiser immédiatement une levée en masse des travailleurs et des jeunes dans les différents pays pour exiger l’arrêt de l’offensive et de toutes les exactions de l’État israélien. Pour les révolutionnaires des pays impérialistes où la FT intervient, cette solidarité anti-impérialiste est aussi un combat contre Sarkozy, Zapatero, Merkel, etc, les partis de « droite » et toutes les prétendues forces de « gauche » qui se font les complices de l’État d’Israël. Dans les pays comme la Bolivie, le Venezuela, l’Argentine ou le Brésil, où les gouvernements se disent “progressistes”, nous exigeons la rupture immédiate des relations diplomatiques avec l’État sioniste et le retrait immédiat des troupes des pays qui participent à la mission militaire actuellement en Haïti.

Les organisations qui font partie de la FT-QI participent là où elles sont présentes ã toutes les manifestations et actions de rejet du massacre sioniste. Renforçons le plus possible la solidarité combative et internationaliste à l’égard du peuple palestinien !

Le 3 janvier 2009

Fraction Trotskyste - Quatrième Internationale
dont font partie : le PTS (Parti des Travailleurs Socialistes) d’Argentine, la LTS-CC (Ligue des Travailleurs pour le Socialisme - Contre le Courant) du Mexique, la LOR-CI (Ligue Ouvrière Révolutionnaire pour la Quatrième Internationale) de Bolivie, la LTS (Ligue des Travailleurs pour le Socialisme) du Venezuela, la LRS (Ligue de la Révolution Socialiste) du Costa Rica, Classe contre Classe du Chili, la LER-QI (Ligue Stratégie Révolutionnaire) du Brésil, Classe contre Classe de l’État Espagnol, des militants de la FT en Europe et, comme section sympathisante de la FT-QI en France, le Groupe CRI (Groupe Communiste Révolutionnaire Internationaliste).

  • TAGS
Notes liées

No hay comentarios a esta nota

Journaux

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)