FT-CI

A l’occasion de la journée internationale de solidarité du 20 novembre

A Paris, les 43 étudiants mexicains manquent aussi !

25/11/2014

A Paris, les 43 étudiants mexicains manquent aussi !

Dans le cadre d’une nouvelle journée internationale réclamant l’apparition en vie des 43 jeunes de l’École Normale d’Ayotzinapa disparus depuis le 26 septembre, environ 300 personnes se sont rassemblées ce jeudi 20 novembre au soir sur la place de la République ã Paris.

L’appel avait été lancé par le collectif Mexicanos en Paris por Ayotzinapa, les associations FAL (France Amérique Latine), Terre et Liberté pour Arauco, la Maison du Mexique, la CIMADE, la CALPA (Coordination de soutien aux luttes du peuple argentin) et le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste). La nuit tombée, les slogans suivants se sont fait entendre :« Vivos se los llevaron, vivos los queremos » (« Ils les ont pris vivants, nous les voulons vivants ») et « Fuera Peña Nieto » (« Peña Nieto dégage » – en référence au président mexicain). Le monument central de la Place était décoré par des photos sur la répression au Mexique, les visages des 43 disparus. Leurs familles, à la tête du mouvement, n’acceptent pas que le gouvernement et la justice fassent porter le chapeau de la disparition ã quelques narcotrafiquants pour sauver le régime corrompu de l’alternance. Elles exigent justice. Le Mexique est en train de construire un des mouvements démocratiques les plus importants de son histoire. La barbarie commise contre les jeunes de l’École Normale d’Ayotzinapa a été la goutte de trop qui a cristallisé un mécontentement global contre les fausses promesses sur la démocratie, la corruption du gouvernement et des partis du parlement, le chômage, les bas salaires, les fraudes électorales, la subordination de la justice au pouvoir présidentiel, etc. Ce 20 novembre, date anniversaire de la révolution mexicaine de 1910, une grève nationale et la convergence ã Mexico DF de diverses manifestations en provenance des quatre coins du pays étaient prévues, en même temps qu’une journée internationale de solidarité.

A 16h, un premier rendez-vous était donné à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine pour participer au séminaire « Ayotzinapa : Mouvements sociaux face à la violence au Mexique » [1] animé par deux Professeurs de l’Université Nationale Autonome du Mexique. Devant une audience de 120 personnes, Irma Eréndira Sandoval Ballesteros est d’abord intervenue pour parler de la tradition de lutte et de conscience politique dans l’Etat de Guerrero, et du mouvement des écoles normales. John M. Ackerman, lui, a analysé l’Etat mexicain pendant la période de 104 ans qui nous sépare de la première révolution de 1910, entre autres. Il a ensuite prôné le modèle français, « le pays des droits de l’homme avec la gauche au pouvoir », contre le modèle américain, et affirmé que le gouvernement français allait certainement condamner la répression menée par son homologue mexicain.

  • Mais que peut-on attendre de notre gouvernement, qui a les mains entachées du sang de Rémi Fraisse, qui réprime les manifestations, qui militarise Saint Denis et le 93, qui a interpelé et mis en garde-à-vue une quantité innombrable de jeunes ces derniers temps… Non, nous ne pouvons rien espérer de ce gouvernement soi-disant « de gauche », qui ne fait que casser de plus en plus les acquis sociaux et réprimer la contestation.

C’est donc sur nos propres forces qu’il faudra compter, pour organiser ã Paris et ailleurs la solidarité avec le mouvement de contestation qui est en train d’émerger au Mexique. Comme le rappelle une affiche de l’organisation féministe Pan y Rosas intitulée « Les femmes, l’autre Ayotzinapa », les 43 étudiants disparus ne sont pas seuls : entre 2012 et 2013, la ville a été le théâtre de 2299 féminicides. Contre les violences faites aux femmes, contre les violences d’Etat, et contre toute la violence engendrée par ce système mafieux et corrompu jusque dans les plus hautes sphères, il est temps de s’organiser pour donner des perspectives au mouvement en cours au Mexique.

23/11/2014

Notas relacionadas

No hay comentarios a esta nota

Periódicos

  • EDITORIAL

    PTS (Argentina)

  • Actualidad Nacional

    MTS (México)

  • EDITORIAL

    LTS (Venezuela)

  • DOSSIER : Leur démocratie et la nôtre

    CCR NPA (Francia)

  • ContraCorriente Nro42 Suplemento Especial

    Clase contra Clase (Estado Español)

  • Movimento Operário

    MRT (Brasil)

  • LOR-CI (Bolivia) Bolivia Liga Obrera Revolucionaria - Cuarta Internacional Palabra Obrera Abril-Mayo Año 2014 

Ante la entrega de nuestros sindicatos al gobierno

1° de Mayo

Reagrupar y defender la independencia política de los trabajadores Abril-Mayo de 2014 Por derecha y por izquierda

La proimperialista Ley Minera del MAS en la picota

    LOR-CI (Bolivia)

  • PTR (Chile) chile Partido de Trabajadores Revolucionarios Clase contra Clase 

En las recientes elecciones presidenciales, Bachelet alcanzó el 47% de los votos, y Matthei el 25%: deberán pasar a segunda vuelta. La participación electoral fue de solo el 50%. La votación de Bachelet, representa apenas el 22% del total de votantes. 

¿Pero se podrá avanzar en las reformas (cosméticas) anunciadas en su programa? Y en caso de poder hacerlo, ¿serán tales como se esperan en “la calle”? Editorial El Gobierno, el Parlamento y la calle

    PTR (Chile)

  • RIO (Alemania) RIO (Alemania) Revolutionäre Internationalistische Organisation Klasse gegen Klasse 

Nieder mit der EU des Kapitals!

Die Europäische Union präsentiert sich als Vereinigung Europas. Doch diese imperialistische Allianz hilft dem deutschen Kapital, andere Teile Europas und der Welt zu unterwerfen. MarxistInnen kämpfen für die Vereinigten Sozialistischen Staaten von Europa! 

Widerstand im Spanischen Staat 

Am 15. Mai 2011 begannen Jugendliche im Spanischen Staat, öffentliche Plätze zu besetzen. Drei Jahre später, am 22. März 2014, demonstrierten Hunderttausende in Madrid. Was hat sich in diesen drei Jahren verändert? Editorial Nieder mit der EU des Kapitals!

    RIO (Alemania)

  • Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica) Costa Rica LRS En Clave Revolucionaria Noviembre Año 2013 N° 25 

Los cuatro años de gobierno de Laura Chinchilla han estado marcados por la retórica “nacionalista” en relación a Nicaragua: en la primera parte de su mandato prácticamente todo su “plan de gobierno” se centró en la “defensa” de la llamada Isla Calero, para posteriormente, en la etapa final de su administración, centrar su discurso en la “defensa” del conjunto de la provincia de Guanacaste que reclama el gobierno de Daniel Ortega como propia. Solo los abundantes escándalos de corrupción, relacionados con la Autopista San José-Caldera, los casos de ministros que no pagaban impuestos, así como el robo a mansalva durante los trabajos de construcción de la Trocha Fronteriza 1856 le pusieron límite a la retórica del equipo de gobierno, que claramente apostó a rivalizar con el vecino país del norte para encubrir sus negocios al amparo del Estado. martes, 19 de noviembre de 2013 Chovinismo y militarismo en Costa Rica bajo el paraguas del conflicto fronterizo con Nicaragua

    Liga de la Revolución Socialista (LRS - Costa Rica)

  • Grupo de la FT-CI (Uruguay) Uruguay Grupo de la FT-CI Estrategia Revolucionaria 

El año que termina estuvo signado por la mayor conflictividad laboral en más de 15 años. Si bien finalmente la mayoría de los grupos en la negociación salarial parecen llegar a un acuerdo (aún falta cerrar metalúrgicos y otros menos importantes), los mismos son un buen final para el gobierno, ya que, gracias a sus maniobras (y las de la burocracia sindical) pudieron encausar la discusión dentro de los marcos del tope salarial estipulado por el Poder Ejecutivo, utilizando la movilización controlada en los marcos salariales como factor de presión ante las patronales más duras que pujaban por el “0%” de aumento. Entre la lucha de clases, la represión, y las discusiones de los de arriba Construyamos una alternativa revolucionaria para los trabajadores y la juventud

    Grupo de la FT-CI (Uruguay)